CLASSIF : quelques détails des propositions UCANSS

Ci-dessous quelques infos concernant la nouvelle classification proposée par l’UCANSS.

L’UCANSS veut fusionner les 4 grilles actuelles en seule grille avec 4 niveaux employés ABCD (au lieu de 10 toutes grilles confondues) et 4 niveaux cadres EFGH (au lieu de 29).
La nouvelle grille proposée

Pour 90% des salariés, il n’y aura aucun changement salarial lors du changement de grille.
D’ailleurs, le Ministère ne financera pas 1 centime pour aider à l’opération.
Le changement de classification sera auto-financé par le budget RH du Régime général avec un total de 1,1 point de RMPP sur 4 exercices, ce qui est très très peu.

L’UCANSS propose la suppression des points d’expérience (dits aussi ancienneté). Or, il s’agit de la dernière mesure automatique, jadis 2% par an, et actuellement 2 points par an avec un plafonnement à 50 points (au bout de 25 ans).

L’UCANSS veut remplacer le calcul du coefficient développé :
Actuellement : coefficient de base + points de compétences + points d’expérience
Proposition : nouveau coefficient de base + points de compétences (recalculés) + points de garantie (0 au départ)

Les points de garanties sont 9 points qui seraient automatiquement donnés la 4ème année en l’absence de mesure salariale.
Par exemple, pour un employé, au bout de 4 ans :
AVANT, on pouvait espérer un minimum de 15 points ( 4 x 2 pts exp. + 7 pts comp.)
APRES, le minimum sera de 9 points, soit une perte plausible de 6 points.
Si on aura eu des points de compétence (12 au lieu de 7), la perte ne sera que de 3 points.
Dans tous les cas, la majorité des salariés perdra des points, sauf si vous faites partie des salariés qui auront 2 fois des mesures salariales en 4 ans.

Entre contrepartie des points d’expérience, l’UCANSS propose d’augmenter le pas des points de compétences : en gros, 12 points au lieu de 7 pour les employés,  15 points au lieu de 12 pour les cadres et 18 points au lieu de 15 pour les cadres supérieurs. Relisez-bien : en contrepartie d’une mesure annuelle garantie, l’UCANSS propose de revaloriser une mesure imprévisible.

Attention, le budget des points de compétence va rester quasiment constant, donc, mécaniquement, l’augmentation du pas va entrainer une réduction des bénéficiaires de ces points. Exemple: 252 points, c’était 7 points pour 36 employés, ça sera 12 points pour 21.
Toujours plus d’individualisme, toujours plus de mise en concurrence entre les salariés.

L’UCANSS propose des emplois-répères, c.a.d. des métiers positionnés dans la grille, ce qui permet une homogénéisation des métiers sur tous les organismes.
Exemples: Conseillers et gestionnaire en niveau B, Référent technique en niveau C, Enquêteur AT/MP et DAM en niveau D, Responsable d’unité en niveau E, …
Mais seuls 73,4% des effectifs de l’Institution sont placés dans la liste des emplois-repères proposés. Plus d’un quart des agents sera repositionné selon le bon vouloir des directions locales.

De plus, les cadres non-managers (Enquêteurs, DAM, …) passeront employés. Même si nous ne sommes pas forcément attachés à un titre honorifique, c’est bien l’évolution salariale et le niveau de vie des cadres qui sont attaqués. Nous sommes bien dans la continuité de la destruction du statut cadre s’inscrivant à la suite de la disparition de l’Agirc depuis le 1/1/2019.

L’UCANSS refuse d’ouvrir des négociations avec les fédérations.
Lors des RPN (Réunion Paritaire Nationale), le Directeur de l’UCANSS déroule son projet qu’il veut imposer, et refuse de retirer la suppression de l’ancienneté.
Pourtant, pour que cette classif puisse être appliquée, il faudra bien qu’un des 3 syndicats représentatifs (CGT, FO, CFDT) signe l’accord et pour le moment, l’intersyndicale fait front commun contre le projet de l’UCANSS.

La CGT exige donc :
* le retrait immédiat de ce projet
* l’ouverture d’une négociation loyale avec un calendrier ouvert
* une enveloppe supplémentaire permettant des mesures collectives
* l’augmentation de la valeur du point.

La CGT revendique une classification avec :
1) Le maintien et le déplafonnement, sur toute la carrière, des points d’expérience ainsi que leur revalorisation à 4 points par an.
2) L’attribution de points de repositionnement pour tous les salariés lors de la transposition dans une nouvelle grille.
3) Des emplois repères conventionnels et négociés pour l’ensemble des salariés.
4) L’attribution de 18 points de compétence quel que soit le niveau, à 35% du personnel chaque année, avec une garantie d’attribution automatique d’un pas de compétence la 3ème année si pas de points de compétence pendant 2 ans.
5) L’obligation d’utiliser chaque année une partie de la RMPP pour augmenter la valeur du point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *